UNE FACADE QUI REAGIT A L’HUMIDITE

Adèle Bourg et Marion Mouny

La pomme de pin ainsi que les palmiers réagissent à l’humidité, leur structure en écaille d’ouvrent lorsque la tige est sèche et elles se rétractent lorsqu’elle se gorge d’eau. Les éponges quant à elles développent une structure qui leur permet d’absorber l’eau nécessaire à leur bon fonctionnement.

Notre souhait est de reprendre le principe de ces structures naturelles pour une façade qui réagirait à l’humidité dans le but de favoriser ou de limiter l’entrée de lumière au sein du bâtiment. Quelques exemples architecturaux peuvent être cités notamment les travaux d’Achim Menges sur la réaction du bois à l’humidité qui lui permet de concevoir des pavillons temporaires dont la toiture est imperméable lorsque la pluie commence à tomber et perméable lorsque le temps est au beau fixe.

La structure développée joue le rôle de brise soleil vertical pour des façades Est et Ouest. Cette protection solaire disparaît en moment où la pluie arrive, qui correspond généralement au moment où l’on a besoin d’une plus grande luminosité.

La structure est composée de lames en équilibre à la verticale lorsque la façade est au soleil. Chaque lame comporte deux parties principales : une grande partie faite de feutre qui est un matériau très absorbant et une partie plus petite qui fait office de contre poids. A l’arrivée de la pluie, la partie en feutre se gorge d’eau et le poids qu’elle atteint ainsi avec l’eau la fait basculer, cassant ainsi l’alignement de lames qui formaient le brise soleil pour laisser pénétrer le soleil à l’intérieur du bâtiment. Lorsque la pluie cesse, la partie en feutre de la lame sèche et le contrepoids fait que la lame se redresse pour retourner à sa position initiale de brise soleil.

Cette structure nécessite d’avoir un rapport très précis entre les deux parties de la lame. La question des matériaux est essentielle. La partie qui se gorge d’eau doit être faite d’un matériau extrêmement absorbant qui sèche rapidement comme le feutre. La structure de la lame est envisagée dans un matériau type réglite ou plexiglas, assez léger et résistant à l’eau qui permet des effets sur la façade.

Prototype en mouvement